Construire en paille

Le matériau paille permet des constructions de qualité, à la fois durables, économiques et écologiques, en favorisant les circuits courts ainsi que les emplois locaux.

 

Un brin d’histoire

1886 : c’est au Nebraska (États-Unis), que l’on note la première utilisation historique des bottes de paille pour une école. Les bottes sont utilisées sans ossature de bois verticale.

1921 : en France, la revue “La science et la vie” n°56, démontre au public la pertinence de la mise en œuvre de ce matériau en s’appuyant sur les travaux de l’ingénieur Émile Feuillette et de la maison construite en 1920 à Montargis. Il s’agit d’une évolution du principe constructif ancien très répandu, de type colombage bois et torchis.

1980 : la construction paille connaît un renouveau en France.

Aujourd’hui, ce sont surtout les techniques “poteau poutres” et “ossature bois” que les charpentiers français et les autoconstructeurs mettent en œuvre. Sur notre territoire, des bâtiments publics, tertiaires, agricoles ou industriels sont en projet ou en construction ainsi que des logements de type HLM.

La paille pour qui ?

 

La paille pour tous !

La botte de paille est un matériau biosourcé* dont l’impact sur l’environnement est très faible, durant l’ensemble de son cycle de vie. Ceci est attesté par une fiche de déclaration environnementale et sanitaire (FDES).

Ce produit, accessible à tous, valorise l’agriculture sans concurrencer les usages alimentaires des terres et permet le développement de circuits courts.
Les performances de la botte de paille sont multiples : très bon pouvoir isolant (résistance thermique supérieure à 7 m2.K/W pour une épaisseur de 37 cm), matériau sain (classement COV A+ ), stockage de carbone et durabilité.

emission

Tous ces avantages ont permis la construction de près de 5000 bâtiments en paille en France (avec de nombreux ERP – Établissement Recevant du Public). Une tendance en hausse notamment grâce à la validation des Règles professionnelles de la construction en paille par l’Agence Qualité Construction (AQC).

La filière paille française est la plus dynamique en Europe, on estime à 500 le nombre de nouvelles constructions chaque année.

 

* biosourcé : matériau issu du milieu végétal ou animal.

 

MUR_B_Persuadeur_botte_a_plat-2-225x300

Les avantages

La paille est un excellent isolant thermique.
Avec une conductivité thermique de 0,052 W/m.K, la paille est parmi les meilleurs isolants et surtout, elle occupe la première place (et de loin) du rapport performance/prix. Un mur en paille a une résistance thermique de plus de 7 m2.K/W. Mais ce n’est pas sa seule qualité puisqu’elle laisse migrer la vapeur d’eau, procure un très bon confort acoustique et résiste bien au feu grâce à sa densité : seulement recouverte d’un enduit de 20 mm, la tenue au feu d’une paroi isolée en paille est supérieure à 1h30.

Une qualité sanitaire remarquable.

D’origine naturelle et sans traitement lorsque ce matériau est utilisé pour la construction, la paille permet d’obtenir un excellent bilan environnemental grâce à une consommation d’énergie grise* insignifiante, une faculté certaine à capturer et stocker le CO2 de l’atmosphère, une recyclabilité complète et naturelle.

Une consommation d’énergie grise insignifiante (source FDES** et logiciel COCON) : moins de 4 kWh/m2 de consommation d’énergie primaire non renouvelable durant l’ensemble du cycle de vie, soit à niveau d’isolation équivalent environ : 100 fois moins d’énergie grise que pour le polyuréthane ou le polystyrène, 50 fois moins d’énergie grise que pour la laine minérale.

Une faculté certaine à capturer et stocker le CO2 de l’atmosphère (source FDES** et logiciel COCON) : une isolation en paille permet de stocker (soustraire à l’atmosphère) 15 kg eq CO2/m2. À niveau d’isolation équivalent, le cycle de vie du polyuréthane émet environ 49 kg eq CO2/m2, celui de la laine minérale : de 15 à 25 kg eq CO2/m2. De plus, la recyclabilité est complète et naturelle par épandage dans un champ ou par compostage.

* Énergie grise : énergie utilisée pour produire un objet.

 ** Source des données : FDES – Fiche de Déclaration Environnementale et Sanitaire de la paille et moyenne des FDES des produits à base de polyuréthane, de polystyrène, de laine minérale contenues dans la base de donnée INIES. Calculs réalisés avec le logiciel COCON.

Une durabilité reconnue à travers l'existence de bâtiments vieux de plus de cent ans.

En 1886, plusieurs bâtiments ont été construits en paille structurelle au Nebraska (États-Unis). Plus tard, en 1920, la maison Feuillette a été construite en ossature bois et isolation paille. Ces bâtiments, toujours en état, sont le témoignage de la durabilité de la construction en paille.

La paille est issue de la production de céréales. Ressource renouvelable, largement disponible, elle n’entre pas en concurrence avec les usages alimentaires des terres agricoles.

Un matériau largement disponible en France.

Seulement 10% de la paille de blé produite annuellement en France suffirait à isoler tous les nouveaux logements (individuels et collectifs) construits chaque année.

À ce jour, 40% de la paille produite est broyée, puis retourne au sol après la moisson.

Une ressource qui met en valeur les circuits courts.

50 % des approvisionnements viennent de moins de 50 km du site de construction.

Un matériau très résistant au feu.

Essayez de brûler un dictionnaire… Tout comme la paille dans la botte, les pages sont tellement serrées que la combustion, faute d’oxygène, ne peut facilement démarrer ! La paille comprimée brûle superficiellement et très lentement. En effet, elle est tellement compressée qu’elle ne permet pas l’oxygénation du foyer. Des essais menés en France et à l’étranger ont démontré ce phénomène.

Un excellent support d’enduit naturel.

Les enduits sur paille ont la capacité d’absorber l’humidité de l’air et de la restituer lorsque l’air est plus sec. Les enduits sont également de très bons régulateurs thermiques et offrent un confort hygrométrique en toute saison.

La construction en paille est certifiée par les règles professionnelles de la construction en paille.

Rédigées par le Réseau Français de la Construction en Paille (RFCP), ces règles professionnelles constituent le cadre de référence pour l’utilisation du matériau paille comme remplissage isolant et support d’enduit. Elles ont été validées par l’Agence Qualité Construction (AQC).

L’avenir de la paille se construit chaque jour

La construction en paille est une démonstration de la possibilité de faire cohabiter excellence performancielle, durabilité, proximité, lien social, savoir-faire et écologie. Elle illustre l’intérêt d’un matériau brut associé à une mise en œuvre soignée, basé sur des savoir-faire.

Ce type de démarche est un espoir pour faire du secteur du bâtiment écologique un puissant attracteur pour ceux (jeunes et moins jeunes) qui pensent que l’avenir peut être écrit au bénéfice des générations actuelles et futures, en exerçant un métier passionnant et utile.

Sur le plan économique et social

  • Le développement de l’utilisation de la paille dans la construction peut contribuer à améliorer les revenus des agriculteurs.
  • La mise en œuvre locale d’une ressource peu transformée permet de conjuguer démarche environnementale et économie de proximité. À ce titre la construction en paille permet d’améliorer la résilience et l’indépendance des territoires vis-à-vis de chocs économiques extérieurs.

Depositphotos_436-263px

Pour la visibilité et la reconnaissance

  • La construction de grands bâtiments publics, d’écoles, de logements HLM, de bureaux montre que ce matériau est éligible dans le cadre de marchés publics. Il est adapté à des cahiers des charges rigoureux, à l’édification de bâtiments passifs ou à énergie positive en environnement rural ou urbain. Dans ce domaine, l’avenir de la paille est d’investir beaucoup plus largement les territoires urbains.
  • Le déploiement du label « bâtiment bio-sourcé » devrait se traduire par un nombre de plus en plus élevé de constructions isolées en paille.
carte-de-france-©ok2

Cartographie de chantiers paille selon CP2012 – 159 bâtiments étudiés – février 2010 – Association Empreinte

Au niveau technique

gymnase_credit_AKUNAH_r2karchitectes_MG_4314-Resized-450x300

  • La rédaction (en cours au sein du RFCP) de règles professionnelles d’ITE (Isolation Thermique par l’Extérieur) va permettre à ce matériau d’être plus présent sur le marché de la rénovation thermique.
  • Le développement de la paille en tant qu’élément structurel des constructions est démontré à la fois grâce aux nombreuses réalisations déjà existantes et aux efforts de formalisation et de modélisation de ce système constructif original.
  • La validation des règles professionnelles de construction en paille par la C2P (Commission Prévention Produit) montre qu’il est possible de concevoir et construire aujourd’hui des bâtiments performants, en respectant les contraintes contemporaines avec des matériaux peu transformés, validés par des procédures de chantier.